Métaphysique et Philosophie dans le « Consciencisme » de Kwame Nkrumah

Jean Eric BITANG

Université de Douala

La métaphysique est au cœur de la réflexion philosophique et même si quelques fois, les ambitions ne sont pas affichées, l’allure générale du discours d’un philosophe a tôt fait de dire implicitement son point de vue sur la notion d’Absolu. Ainsi, rien ne semble échapper à la métaphysique et tout semble y être réductible comme le schéma que Descartes nous présente de la philosophie dans sa Préface aux Principes de la philosophie. Dans cette étude, nous focaliserons notre attention sur Le Consciencisme de Kwame Nkrumah. Nous étudierons à cet effet la traduction de Jospin qui est parue à Paris, chez Payot, en 1964. Nous tenterons donc de dégager dans cet ouvrage de philosophe africain, les points métaphysiques qui président à la philosophie de l’ex président du Ghana pour ensuite étudier ses ramifications dans les différents pans qu’offre la réflexion philosophique (éthique et politique essentiellement).

 

Sur quelle base métaphysique s’appuie le Consciencisme entendu ici à la fois comme le livre de Nkrumah et la doctrine qu’il suggère pour la « décolonisation et le développement » si on s’en tient à son sous-titre ? Il faudrait d’abord signaler que la métaphysique est toute tentative de discourir rationnellement de l’Absolu, de l’abstraction. Pour parler le langage kantien, est métaphysique, toute spéculation qui s’attache aux sciences « rationnelles » dont les objets sont le monde, l’âme et Dieu. Plus loin, Baron-Vieillard nous apprend qu’est métaphysique toute philosophie qui pose que monde a un rapport avec l’absolu et qu’il est possible de discuter rationnellement de cet absolu. Les bases étant ainsi fondées, il y a deux voies possibles. D’un côté ceux qui disent que cet Absolu est transcendant et qu’il a crée le monde, la matière et toutes les autres choses qui y sont ; et de l’autre, il y a ceux qui disent que l’Absolu est imminent, confondu au monde, qu’il est le monde comme totalité ou alors comme une de ses parties, comme de la matière. Dans le premier cas, la perspective est idéaliste, dans le second, elle est matérialiste. Kwame Nkrumah se situe dans la seconde optique. Lisons-le affirmer son matérialisme : « Toutes les propriétés naturelles, qu’elles soient discernées par l’un de nos sens ou par plusieurs, ne sont que les conséquences sensorielles des dispositions quantitatives de la matière »[1] ou, mieux, « J’affirme l’existence indépendante et absolue de la matière ; ensuite, j’affirme qu’elle peut se mouvoir spontanément »[2]. Puisqu’il est avéré que le consciencisme que prône Nkrumah est matérialiste, c’est-à-dire qu’il pose la matière au commencement, est-il pour autant un matérialisme total, c’est-à-dire, nie t-il l’existence de l’idée ?

Nkrumah ne professe pas une pareille position. Il défend la thèse selon laquelle la matière a le pouvoir de se transformer en idée par un processus qu’il appelle la « conversion catégorielle ». Cette « conversion » permet, par le fait même des propriétés dynamiques de la matière, de se changer en état critique, en idée. Il appelle ce matérialisme, le « matérialisme dialectique ». Dialectique parce qu’il admet l’existence de l’antithèse ontologique de la matière : l’idée[3]. Cette vision matérialiste de Nkrumah n’a pas que des répercussions sur son ontologie, elle transperce de bout en bout sa philosophie et atteint son apogée dans la conception sociale de ce dernier.

Kwame Nkrumah a consacré un chapitre entier à exposer le rapport entre « Philosophie et Société » (Chap. III). Ceci devrait suffire à montrer son attachement pour la cause sociale. Ici, son matérialisme le conduit à une vision socialiste de la politique car, pense t-il, l’idéalisme est un système métaphysique élitiste alors que le matérialisme, du fait qu’il considère la matière comme le fondement, et que tout est matériel, est un conduit naturellement – il serait plus juste de dire politiquement – au socialisme, à une conception sociale de type égalitaire où tout le monde a la même chance d’être ce qu’il veut être[4]. Il est donc fortement opposé au capitalisme et à l’exploitation sociale.

Quant à l’éthique, la vision de Nkrumah est grandement influencée par les deux prémisses que nous venons d’évoquer, c’est-à-dire son matérialisme affirmé et sa vision socialiste. Il s’en suit que son éthique est une théorie de la liberté d’expression et de la prise en considération des différences, lesquelles sont importantes pour garantir la dialectique sociale et la marche en avant de la société. Son principe éthique hérité de Kant[5], est de « Traiter chaque être humain comme une fin en soi, et non comme un simple moyen »[6]. Toutefois, les lois morales ne sont pas garanties a priori comme chez Kant, et, encore moins, elles ne sont absolues, c’est-à-dire valables en tous temps et en tous lieux. Nkrumah explique que les lois morales sont les fruits de la société et de son évolution historique (p. 141 et suiv.) ; de ce fait, elles « peuvent, et même doivent, changer »[7].

 

Nous nous sommes fixés pour objectif d’exposer dans ce bref travail, la métaphysique sous-jacente au Consciencisme de Kwame Nkrumah et d’en dégager les différentes implications que nous avons réduites à deux : politique et éthique. Nous avons vu à cet effet que Nkrumah professait le matérialisme dialectique et que cette position l’amenait à avoir un point de vue politique tourné vers le socialisme. Ces deux considérations posées, il était clair que Nkrumah ne pouvait professer qu’une éthique de type égalitaire directement inspirée de la troisième formulation de l’impératif catégorique kantien. Nous ne pouvons donc pas passer sur le fait que les convictions métaphysiques influencent grandement les positions philosophiques des auteurs et que connaitre ses positions représentent aussi un excellent moyen de comprendre lesdits auteurs.

 

 


[1] Kwame Nkrumah, op. cité, p. 133.

[2] Ibid., p. 128.

[3] Cf. pp. 37 et 38. Il y explique aussi l’idée de conversion catégorielle.

[4] Cf. p. 116 et suiv.

[5] Ce n’est pas d’ailleurs le seul de ses principes. On pourrait y ajouter son principe de l’action : « La pratique sans théorie est aveugle ; la théorie sans pratique est vide » (p. 119) qui nous fait étrangement penser à l’autre principe épistémologique de Kant : « Les intuitions sans concepts sont aveugles ; les concepts sans intuitions sont vides » (Kant, Critique de la raison pure).

[6] Ibid., p. 144.

[7] Ibid., p. 142.

 

Publicités

4 Responses to “Métaphysique et Philosophie dans le « Consciencisme » de Kwame Nkrumah”


    • 2 jeanericbitang 11 mars 2011 à 8:20

      Bonjour Lamine,
      je suppose que votre mot voudrait m’inciter à dire quelque chose sur la conception politique de Nkrumah en rapport avec sa métaphysique. Si tel est le cas, je pense l’avoir mentionné dans mon article: Nkrumah professe ce qu’il appelle le « socialisme scientifique », conséquence politique du matérialisme dialectique. Je m’en expliquerai davantage surement dans un autre billet, mais je pense que cela devrait vous suffire ici, non?

  1. 3 bagayogo 8 février 2012 à 6:54

    je pense krumah s’est inspire en grande partie de Kant,qui du point vue éthique,le consciencisme de Nkrumah s’avere ideal pour une société sui-generis,

    • 4 jeanericbitang 12 février 2012 à 5:58

      En effet, Nkrumah s’est inspiré de Kant si on s’en tient au grand principe moral du consciencisme. Mais il s’inspire de Kant – comme je l’ai montré – par rapport à la forme – la conclusion du raisonnement – et non par rapport à la base idéaliste et rationnelle de ce dernier. Nkrumah arrive à son principe sur la base du matérialisme: c’est la grosse différence entre les deux philosophes.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Calendrier

décembre 2010
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 107 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :