Balkanisation et sous-développement en Afrique. Une analyse nkrumahiste


Jean Eric BITANG

Université de Douala

 

Nkrumah nous mettait en garde en 1964 : « Le plus grand danger que court actuellement l’Afrique est le néo-colonialisme et son principal instrument est la balkanisation »[1]. Nkrumah attirait l’attention sur ce phénomène car son but est explicitement d’empêcher la formation d’un « bloc » d’Etats forts, libres et souverains capables de résister à la politique mondiale et même de l’influencer. La balkanisation défragmente l’Afrique, l’émiette en petits Etats ridicules qui ne peuvent faire le poids face aux grandes unions capitalo-impérialistes. C’est par cette balkanisation, nous dit Nkrumah, que l’Occident entend manipuler l’Afrique ad eternum. En séparant l’Afrique, en la divisant en petits Etats, l’Occident a entendu, et entend encore, régner de main de maitre sur l’Afrique en conservant les anciennes relations de Colonie à Métropole. Il n’est même pas question de douter de cet état des choses quand les présidents africains affirment eux-mêmes êtres des « élèves » de la France, comme si l’esclavage intellectuel ne faisait que commencer. Lorsque l’Europe découpe l’Afrique, il attise le régionalisme plutôt que ce que j’appellerai le « sentiment national » ou le « sentiment africain ». Ce mot de sentiment ici renvoie à la pleine connaissance de notre être profond relativement à l’ensemble humain auquel nous appartenons. Il implique aussi la prise de conscience de notre insertion dans une lutte à morts des consciences pour la libération et pour la suprématie. Ce sentiment, c’est la conviction de faire partie d’un groupe d’homme et de se battre pour lui. Le régionalisme est quant à lui, une sorte d’ethnocentrisme, une apologie démesurée d’une différence de forme plutôt que de fond, une différence accidentelle plutôt que substantielle. En attisant le régionalisme, nous dit Nkrumah, l’Europe flatte l’ego d’une partie de l’Afrique en lui faisant croire qu’elle vaut plus que les autres, qu’elle est meilleure, etc. L’objectif de cette entreprise n’est sûrement pas celui de permettre l’émancipation de ladite région, mais bien son avilissement total. En effet, ladite région se sentira privilégiée et aura la fâcheuse tendance de rompre toutes les relations avec les autres parties du continent, ce qui n’aura d’autre conséquence que son exploitation intensive de la part des occidentaux qui, rappelons-nous, ne feront jamais passer leurs intérêts après les nôtres. C’est un fait que nous oublions malheureusement quelques fois.

« L’intention des colonisateurs, nous dit Nkrumah, est d’utiliser les nouveaux Etats africains ainsi circonscrits comme des marionnettes à travers lesquelles on peut étendre son influence sur des Etats dont l’indépendance est à l’égal de la souveraineté »[2].

Le seul remède à cette situation de balkanisation intensive c’est l’Unité des Etats africains. Plus vite elle sera atteinte, mieux nous nous porterons sur la scène internationale. Je doute fort que ce soit par hasard que les Etats-Unis et l’Union Européenne se sont formés. Je pense plutôt que c’est pour la sauvegarde de leurs intérêts. Pourquoi ne devrions-nous pas en faire autant ? Les premiers bénéficiaires de cette union seront les africains et les premiers perdants les occidentaux car ils n’auront plus la place stratégique qu’ils occupent aujourd’hui et qui leur permet de piller impunément nos richesses. En ce sens, les premiers opposants à cette union sont bien sur les puissances capitalo-impérialistes qui refusent de nous laisser évoluer. Pourquoi le devraient-elles ? Une pareille situation n’est pas souhaitable car elles doivent, tout comme nous, protéger leurs intérêts ! Elles le font ! Faisons-le à notre tour !

Comment est-ce que l’Unité de l’Afrique pourrait-elle inverser la tendance actuelle ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord savoir comment l’Afrique réalisera son unité. Quels sont les points stratégiques que préconise Nkrumah ? Selon lui, une Afrique Unie (politiquement et économiquement unie) comme il le précise p. 250 du livre cité plus haut, doit poursuivre trois objectifs. Le premier est « Une planification économique générale, à l’échelle continentale » (p. 251). « Cela, dit-il, accroitrait la puissance économique et industrielle de l’Afrique [car] tant que nous resterons balkanisés, régionalement ou territorialement, nous sommes à la merci de l’impérialisme »[3]. Une planification économique à l’échelle de l’Afrique toute entière permettrait de diviser les coûts financiers et d’alléger ainsi la tâche des Etats qui seront aidés non plus de l’extérieur, mais de l’intérieur de l’Union sans les contreparties fâcheuses de la coopération avec l’impérialiste. Un autre avantage serait la maitrise des flux économiques et la création d’une monnaie africaine qui faciliterait les échanges entre les pays de l’Union. En effet, en Afrique, un des gros problèmes est celui des transactions monétaires lorsqu’il n’est pas la faiblesse de la monnaie. Avec une union africaine, nous pourrions faire bloc et ainsi nous positionner en un acteur libre influençant le marché par nos capitaux qui sont indéniables. Le second objectif est une stratégie unie de défense militaire. En termes moins compliqués, il s’agit de créer une armée africaine qui se chargerait de défendre notre continent avec des bases dans tous les pays de l’Union. Cette armée empêchera à coup sur les puissances impérialistes de s’attaquer à nous de nouveau. Nkrumah peut remarquer justement : « Je ne crois pas que la France aurait osé intervenir à Bizerte si nous avions été unis, ni qu’elle ferait exploser des bombes atomiques au Sahara malgré les protestations pressantes et répétées de divers pays africains »[4]. Je ne le crois pas, tout comme je ne crois pas qu’aujourd’hui, en 2011, les pays dits « alliés » que sont les Etats-Unis, la France et l’Angleterre bombarderaient impunément la Libye si nous avions eu un corps de défense qui forçât le respect et la méfiance ! Les Etats forts politiquement sont aussi ceux qui peuvent se défendre militairement. Les deux forces sont incontestablement liées et il ne sert à rien d’abord la souveraineté économique sans avoir celle militaire. Mais, ici je ne suis pas totalement Nkrumah car à force de fréquenter Kant, il en vient à rêver de « paix universelle » (p. 230) etc., sur la base de la compréhension entre les Etats. Il pense – à tort, jugeons-nous – que c’est la morale qui permettra de venir à bout du thanatos humain. Non ! Ce n’est pas la morale, mais bien la guerre qui conduira à la paix, mais pas une paix au sens où l’entend Nkrumah, mais une « paix martiale » où les Etats, par crainte de représailles des autres Etats aussi forts qu’eux, éviteront d’en arriver aux armes. La guerre deviendra donc une guerre idéologique et c’est tout. Une nouvelle guerre froide en quelque sorte que j’appelle paix, car en réalité, la paix, entendue comme l’absence de tensions est une pure illusion dans un monde où on sait que les puissances impérialistes dictent leurs lois comme elles veulent. La tension est toujours présente, elle le sera toujours tant qu’il y aura des hommes et ce n’est pas la morale, ni le bon-vouloir, ni l’empathie universelle, ni le Christ, ni qui que se soit qui empêchera la tension sociale et étatique car tant qu’il y aura des hommes et des richesses, il y aura course aux richesses et tension. La seule chose pouvant faire aboutir à un semblant de paix – semblant d’absence de tension – c’est la peur des représailles ! Aujourd’hui, les « alliés » occidentaux peuvent bombarder impunément la Libye car cette dernière n’a pas les moyens de se défendre. Je doute fort que s’il y avait de l’armement aussi lourd que celui des alliés en Libye, ils se soient rués sur le problème. Mieux, je suis convaincu qu’ils n’auraient pas levé le petit doigt. Il n’y a qu’à voir avec la situation en Orient. Israël sème la terreur chez ses voisins, mais il n’est jamais inquiété. Pourquoi ? Parce que son armée est la cinquième puissance militaire du monde et parce qu’ils possèdent la bombe atomique. C’est pour cette raison qu’on veut interdire l’arme atomique à l’Iran ; pour qu’ils n’aient pas le droit de se défendre eux-aussi. Il faut que l’Iran ait sa bombe car cela freinerait à coup sûr le zèle israélien. De même, nous, africains, devons nous construire une solide force militaire et nous doter de la bombe atomique et d’autres armes de destruction massive, non pas pour attaquer, mais pour dissuader quiconque aurait la mauvaise idée de venir nous dicter sa loi. Il n’y a que la peur pour garantir la paix, tout comme la peur protège les dieux. Sur le point du nucléaire, nous sommes donc farouchement opposés à l’idée de Nkrumah de voter pour un désarmement. Nous préconisons l’armement, et l’armement lourd ! Non pour attaquer, précisons-le encore, mais pour tenir les potentiels colonialistes-impérialistes et néocolonialistes-impérialistes sur leurs gardes ! Enfin, et comme conséquence des deux premiers objectifs, il y a la création d’une politique extérieure commune en vue, comme le dit si bien Nkrumah, «  de la protection et du développement économique de notre continent »[5]. Ceci nécessite des efforts surhumains, mais notre récompense sera à la hauteur de nos efforts !

La conclusion qu’impose ce petit papier est donc claire : Nkrumah est toujours actuel est il est plus que temps pour nous de fructifier son héritage et d’être en acte nkrumahiste car bien des fois nous ne le sommes qu’en dires. Rappelons-nous que l’Osagyefo martelait à tue-tête : « La pratique sans théorie est aveugle ; la théorie sans pratique est vide »[6] ! Les jalons sont posés pour notre développement, mettons-les en pratique !

 

 

Douala, 27 mars 2011.


[1] Kwame Nkrumah, L’Afrique doit s’unir, tr. fr. L. Jospin, Paris, Présence Africaine, 1994, p. 202.

[2] Ibid., 209.

[3] Ibid., p. 251.

[4] Ibid., pp. 234-235.

[5] Ibid., p. 253.

[6] Kwame Nkrumah, Le consciencisme, tr. fr. L. Jospin, Paris, Payot, 1964, p. 119.

Publicités

0 Responses to “Balkanisation et sous-développement en Afrique. Une analyse nkrumahiste”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Calendrier

mars 2011
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 109 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :