AUX SOURCES NKRUMAHISTES DE LA PENSEE TOWAIENNE (1)

 

Il n’y a rien de nouveau dans le fait d’affirmer la filiation doctrinale qui existe entre Nkrumah et M. Towa ; il n’y a rien d’extraordinaire dans cette thèse et M. Towa se réclame d’ailleurs de l’héritage de son illustre prédécesseur Ghanéen. Nous voulons ici schématiser les points précis dans lesquels s’enracine le towaïsme à partir des dires de M. Towa lui-même.

Nkrumah et Towa matérialistes

La première filiation est naturellement celle du matérialisme : Nkrumah comme M. Towa ont un fond doctrinal matérialiste. La philosophie de Nkrumah pense plus vers le marxisme, mais nous ne trouvons que trop rarement les occurrences marxistes dans la pensée de M. Towa, ce qui nous pousse à ne pas nous aventurer sur un chemin aussi glissant. M. Towa comme Nkrumah pense que seule la matière peut permettre une compréhension du monde et que seule cette dernière est apte à fonder la connaissance. Par ce mot de matière, il faut doublement entendre, selon les développements, soit la matière en tant que substance ontologique première, automotrice et créatrice de l’idée par conversion catégorielle chez Nkrumah ; soit, toujours chez le maitre à penser Ghanéen, la matière c’est l’ensemble des forces sociales qui contribuent au fonctionnement de la société : ce sont ici les classes sociales et les rapports qui les lient.

M. Towa ne s’appuie pas trop sur le matérialisme de la première manière, c’est-à-dire en tant que substance ontologique. Le matérialisme de M. Towa est d’abord un matérialisme prenant appui sur les factions de la société sans qu’il ne fasse référence à Marx et à sa suite. Son matérialisme est surtout un anti idéalisme, car nous déduisons le matérialisme de M. Towa non de ce qu’il nous dit – comme c’est le cas chez Nkrumah qui consacre tout un chapitre à l’explicitation de la métaphysique de sa doctrine – mais à partir de ce qu’il dit de l’idéalisme. En effet, l’idéalisme est d’abord considéré comme statisme fondamental : les Idées depuis Platon et ce, dans toute la tradition idéaliste, sont éloignées du mouvement, elles s’en préservent, car le mouvement est synonyme de corruption, et que si corruption il y a, il ne peut y avoir de connaissance qui vaille : tel est l’argument platonicien au sujet de la possibilité de la connaissance ; argument qui sera repris de mille et une manières dans l’histoire de la philosophie avec toujours en ligne de mire la méprise du mouvement. Lorsque le mouvement est accepté – comme c’est le cas dans la philosophie hégélienne – il devient mouvement de l’un vers l’un, c’est-à-dire en somme, auto réflexion, tautologie. Le matérialiste conçoit différemment le mouvement. Pour lui, il est essentiel et il est mouvement non de l’un, mais mouvement dialectique. Les changements sont de véritables révolutions et non de simples changements de stades. C’est pourquoi la théorie marxiste n’est pas qu’une simple transposition matérialiste du système hégélien, et Marx ne dit pas simplement « Matière » ou « Classes sociales » partout où Hegel dit « Esprit » ! Les différences vont jusqu’à l’essence même des deux approches de la réalité.

Chez Nkrumah aussi le mouvement a un rôle essentiel, car l’idée de dialectique – opposition dans le mouvement – est inhérente à la philosophie. Nous pouvons donc dire sans risque de nous tromper que la philosophie de Nkrumah est une philosophie dialectique. Pourquoi est ce que M. Towa se situe t-il dans le sillage nkrumahiste et matérialiste ?

Nous l’avons dit, M. Towa n’a pas donné de développement systématique de son matérialisme, mais il peut être clairement déduit de ses prises de position, notamment contre l’ethnophilosophie. L’ethnophilosophie refuse le mouvement de la culture africaine, il refuse l’existence d’une dialectique – c’est-à-dire d’un changement – dans le cap des Africains ; il emprisonne l’Africain dans un être qu’il ne lui resterait plus qu’à appliquer et à réaliser selon le mot de M. Fouda. Une pareille visée est bel et bien idéaliste car elle se situe dans le sillage des développements platoniciens. Parce qu’il est contre ce statisme, il a quelque filiation avec la doctrine matérialiste. Mais il ne suffit pas de critiquer l’ethnophilosophie pour être matérialiste car il n’y a rien de matérialiste chez M. Eboussi Boulaga par exemple alors que sa philosophie, comme celle de M. Towa s’enracine depuis la critique de l’ethnophilosophie. Qu’est-ce qu’il faut donc de plus ? Il y a l’angle d’approche de la critique. M. Eboussi critique l’ethnophilosophie du point de vue de sa volonté de « revendication ». Une pareille approche n’a rien de matérialiste, car l’idée de revendication n’est pas une idée propre au matérialisme. M. Hountondji, lui, critique l’ethnophilosophie d’un point de vue un peu plus matérialiste : du point de ce qu’il nomme « l’unanimité primitive » qui n’est rien d’autre que le statisme idéaliste. C’est parce que M. Towa met l’accent sur le mouvement et la dialectique que son approche et sa critique sont matérialistes, et non parce qu’il est matérialiste de critiquer l’ethnophilosophie. Le « tout coule » héraclitéen qu’il occupe à « l’être » parménidien des ethnophilosophes témoigne bien de son matérialisme.

Publicités

0 Responses to “AUX SOURCES NKRUMAHISTES DE LA PENSEE TOWAIENNE (1)”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Calendrier

décembre 2011
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 107 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :