L’athéisme militant

 

Commençons par une question simple : est-il encore nécessaire de combattre tous les arguments – pseudo arguments pour bien dire – qui tendraient à nous faire croire à un Dieu créateur de l’univers et berger du mouton-homme ? En effet, les pensées diderotiennes n’ont-elles pas déjà eu raison de la supercherie qu’est la religion ? Kant et sa dichotomie n’ont-ils pas définitivement et à jamais stoppé les assauts dogmatiques de la raison et de ses divagations religieuses ? Le monde lui-même, théâtre toujours vivant de la monstrueuse cruauté de la vie ne témoigne t-il pas à suffisance en faveur de la thèse du hasard ? Il semble que ces questions aient raison de la religion et de Dieu, mais les faits sont tout autres : les religions prolifèrent alors que les tentatives d’en découdre se font de plus en plus subtiles, de plus en plus complexes, de plus en plus ingénieuses. Peut-être que c’est dans cette sophistication qu’il faut chercher l’échec des arguments contre Dieu et la religion, car il est plus facile de véhiculer une idée simple, mais fausse, qu’une idée juste, mais complexe. C’est en celui que « Dieu », le mot, l’idée fausse, le fantasme est facile à ingurgiter : il prend appui sur des faits simplifiés et archi faux.

L’échec de l’athéisme c’est qu’il repose sur ses lauriers et croit qu’il a réussi à faire reculer la déraisonnable croyance en Dieu. Pour s’en rendre aisément compte, je vais donner un exemple personnel. En avril de l’année dernière, j’écrivais un petit article sur le statut épistémologique de Dieu et je l’envoyais à une revue de philosophie. Après lecture, on me renvoyait mon article en me disant que « d’autres avaient mieux défendu que moi les preuves de l’inexistence de Dieu ». A l’évidence, ces gens n’avaient rien compris à mon propos, car je ne cherchais pas à montrer que Dieu n’existe pas – j’écris d’ailleurs en noir sur blanc dans la conclusion de mon article que « Dieu existe » – mais je voulais précisément montrer que l’affirmation de l’existence de Dieu n’entraine pas de facto sa validité épistémologique, et qu’il était possible d’opérer une démarcation entre l’existence et la véracité, ce que par exemple Descartes ne fait pas. Ce que je comprends par ce refus d’éditer mon article, c’est le fait que la défense de l’athéisme est devenu désuet – peut être faut-il ajouter à cet état des choses, le fait que mes lecteurs n’aient étés que des religieux choqués par mes développements –. Mais je pense, avec M. Onfray, qu’il faut défendre l’athéisme tout comme les chrétiens défendent le christianisme et que les musulmans font de même avec l’islam. Je prends donc le parti de ce que le philosophe français nomme l’ « athéisme militant » et je milite pour mon idéal. Cette position me semble d’autant plus nécessaire que les croyants, eux, ne s’arrêtent jamais de prêcher leur croyance. A partir de là, se pose la nouvelle question : pourquoi faudrait-il, nous, athées, que nous arrêtions de prêcher notre vision des choses alors que nos adversaires – mais non ennemis – ne s’arrêtent pas ? C’est parce que je crois fermement que la tache du philosophe est d’éclairer les zones d’ombre de ses compagnons, et que je crois que les zones d’ombre sont entretenus par les religieux dans le but de dominer encore et toujours les esprits crédules, qu’il me semble, aujourd’hui plus que jamais, nécessaire pour nous, athées, de réaffirmer notre foi en l’athéisme et de faire reculer l’obscurantisme partout où il se présente : c’est un devoir sacré !

La présente catégorie rassemblera ainsi mes points de vue sur la religion et représente ainsi, comme le Poverty of historicsm de Popper, mon « effort de guerre » dans la croisade contre la religion et son support fantasmatique. Elle nait du désir profond de donner le change aux croyants dans un esprit critique et de fraternité discursive. Puisque les dogmatiques veulent s’engager sur le terrain de l’argumentation, nous les y attendons de pied ferme ! Le débat est le bienvenu, car c’est bien sur le terrain de la philosophie et non celui de la religion – n’en déplaise à nos croyants – que le débat est le plus vivace. Philosophons donc !

Douala, 11 décembre 2011

Publicités

9 Responses to “L’athéisme militant”


  1. 1 Romain 27 septembre 2013 à 9:55

    Pour avoir une meilleure approche du créationnisme consulté le blog suivant :
    http://atlas-historique-universel.jimdo.com/
    Bonne lecture

  2. 2 Saker 22 juillet 2014 à 8:43

    Bonjour,

    Rien de plus, pas de grandes théories. Simplement, un obscurantiste tombé par hasard ici et qui, du fond de son cœur, espère, souhaite que le soleil, ou au moins ses rayons qui sont au centre de ce blog lui ouvre l’esprit afin d’abandonner ces obscures fantasmagories (Dieu, bien évidemment !)

    Comment débuter? Athéisme militant : voilà. Comme? Michel Onfray ! Donc, avant toute chose, quelle note (objectivement) attribuerez-vous à votre modèle pour son « traité » d’Athéologie? Comme il est Français, notez-le sur 20…

    • 3 jeanericbitang 22 juillet 2014 à 11:00

      Bonjour Saker,
      Vous dites en fin de commentaire, « Avant toutes chose » alors que vous dites en amont de ce dernier « Pas de grandes théories. Simplement… » N’est-ce pas contradictoire si vous estimez que vous devez dire des choses simples que d’insinuer que le débat continuera?
      Mais bon…Répondons à votre question, c’est là le plus important.
      Primo, Onfray n’est pas mon « modèle ». Je suis d’avis qu’il faut que les athées défendent leur position et la promeuvent tout comme le font les croyants.
      Ensuite, qui suis-je pour « attribuer » une note à Onfray? Son Professeur? Son Maître? Demandez-moi mon opinion sur telle ou telle idée exprimée par l’auteur dans son Traité et je vous répondrais volontiers. Le reste sera de la prétention maladroite.
      Pourquoi insistez-vous sur le fait qu’il soit « Français »? si je peux me permettre une nouvelle question.
      Bonne journée.

      • 4 Saker 22 juillet 2014 à 12:29

        Bonjour Eric,

        vous avez une drôle de lecture sur mon commentaire. Cela m’intrigue un peu. La question que vous posez, j’ai de la peine… J’avoue que je ne comprends pas votre question. Je dis, d’abord, pas de grandes théories, oui ! Mais, cela n’implique pas que le débat ne devra pas continuer (=>chose confirmée plus bas !). Une personne qui estime dire des choses SIMPLES est-elle en train de signifier qu’il n’y aura pas débat (discussion)? De plus, si vous ne tronquez pas mes dires, à partir de « Simplement… », que lisez-vous? Ne suis-je pas là pour être instruit : moi qui suis obscurantiste (pour reprendre le terme que vous employez dans votre petit exposé)? C’est bien ce qui doit être compris. Et c’est bel et bien ce qui est exprimé lorsque j’ai écrit : « un obscurantiste tombé par hasard ici et qui, du fond de son cœur, espère, souhaite que le soleil, ou au moins ses rayons qui sont au centre de ce blog lui ouvre l’esprit afin d’abandonner ces obscures fantasmagories… » :vous y voyez une contradiction? Eh bien…

        Il faut que les athées défendent leur position : je l’ai bien saisi ! et je ne peux qu’acquiescer.

        En parlant de « note » au traité d’athéologie, je me suis peut-être mal exprimé. Parce que « note », cela fait un peu trop scolaire… je le conçois ! Mais, puisque vous parlez d’idées dans ce traité, j’aimerais bien savoir quelles idées en ressortent : car, l’ayant également lu, des idées, je n’en ai pas vues. Disons simplement, en tant qu’athée (bien que Onfray ne soit pas votre modèle (mille excuses pour cette étiquette), votre critique du livre serait la bienvenue, sans oublier que ce dernier auteur prône également l’athéisme militant). Et surtout, le traité d’athéologie est-il représentatif de l’athéisme militant?

        P.S : en insistant sur le fait qu’il soit français, je pensais à la note : puisqu’en France, elles sont sur 20… mais rien qui demande une inquiétude, ou une analyse.

      • 5 jeanericbitang 23 juillet 2014 à 10:57

        Excusez la lecture maladroite de votre précédent commentaire. Il me semble donc que tout doive être effacé sauf l’ironie (socratique?) dont vous semblez faire preuve. J’espère au moins que vous avez les mêmes moyens que le Maître de Platon. Quant à moi, il n’est pas question de me prendre pour un savant, et je ne sais qu’une chose, c’est (malheureusement pour vous qui espérez ici trouver des lumières) que je ne sais rien. Si vous recherchez de ma part, une instruction, vous êtes mal tombé, car « je n’ai pas d’élève » et « je ne suis le maître de personne » (vous reconnaîtrez ces dires que j’emprunte humblement à plus grand que moi). Mon « petit exposé » n’a pas l’étoffe de la grande sagesse qui semble être la votre alors que vous semblez me donner une leçon d’analyse de texte.
        J’ai dit plus haut que je discuterais des « idées » du Traité de Michel Onfray. Mais j’ai confiance en votre jugement, vous qui n’y en voyez aucune. Peut être me suis trompé comme dans l’analyse de votre commentaire. J’en demande pardon et je m’incline devant votre majesté. S’il n’y a pas d’idées dans ce livre alors nous ne pouvons pas discuter. Au mieux, nous aurions affaire à ce que quelqu’un appelait un « monologue-dialogué »: cela ne m’intéresse guère, vous le comprendrez.
        Bonne soirée.

  3. 6 Saker 10 août 2014 à 4:03

    Raah ! sans me tromper, cet adage revient à Socrate (enfin, ou Platon). Mais non ! je ne possède pas les mêmes moyens que le maître. Permettez-moi de douter de votre ‘Je sais que je ne sais rien’, car ce n’est certainement pas cela qui vous invite à faire le jeu de mots en Chrétien et crétin dans vos exposés. J’ai par ailleurs pu constater que vous aviez un peu de peine à énoncer correctement ce qu’est l’immaculée conception. Soit… ce n’est pas le sujet.

    Je suis désolé, mais je ne vous permets pas de me nommer ‘majesté’ (avec ou sans ironie). Même si pour écrire cette phrase, vous vous êtes mépris sur l’expression « petit exposé » (que vous mettez en évidence par des guillemets, chose que je n’ai pas faite), insinuant ainsi que, par cette expression, je sous-estimais votre publication… ou même que je me moquais de vous : ce qui n’est pas le cas, car ce n’était que pour exprimer le fait que le texte n’était pas long… rien de plus. Ces philosophes !!!

    C’est un avis personnel que de dire que dans le Traité de Onfray, il n’y a pas d’idées. De votre côté, vous dites qu’il y en a… eh bien, pourquoi justement ne pas en discuter, pourquoi justement ne pas me montrer où des idées surviennent, parce que de mon côté, je l’avoue – et sans ironie – je n’en ai pas vues.

    Euh… parlant de ‘monologue dialogué’,… vous n’êtes pas tombé dans la prétérition?

  4. 7 LeChercheur 13 octobre 2014 à 9:06

    Que l’on veuille l’admettre ou non, les hommes ont été créés avec un besoin de spiritualité, un besoin inné d’adorer un être supérieur. Avec ses grandes processions d’armements, l’Union Soviétique athée d’alors rendait un culte
    au dieu de la guerre, comme le paganisme de l’antiquité. Le mausolée de Lénine, où se trouve le corps préservé du père du communisme est exposé au public depuis 1924, ainsi que ses nombreuses statues d’un bout à l’autre du pays, démontre qu’il fut l’objet d’un culte national. L’histoire le démontre, durant sa présidence, Joseph Staline faisait l’objet d’un culte.

    En Union Soviétique, les 70 ans de communismes athées n’ont pas empêché la croyance en Dieu. Une fois le communisme écroulé, les religions ont de nouveau fleuri. Même si officiellement la Corée du Nord pratique l’athéisme, Kim Jong-un, comme son père et son grand-père, fait manifestement l’objet d’un culte. Au milieu des années 70, Pol Pot, le chef des Khmers rouges communistes athées du Cambodge faisait aussi l’objet d’un culte. Quant à la Chine communiste, elle aussi fut incapable de tuer la religion. La Chine est à la fois, officiellement athée et très superstitieuse.

    Lorsque les athées dénoncent avec vigueurs les crimes passés comme présent, commis au nom de Dieu par des religions, ils ont parfaitement raison. Il n’existe aucune excuse pour justifier les crimes contre l’humanité perpétrés par des religions passées comme présentes. Si on jette un regard objectif, force est de constater que l’athéisme au pouvoir n’a fait guère mieux.

    En 1918, l’accession du communisme au pouvoir à causer des exécutions de masses et les libertés individuelles abolies. Vers les années 1950, Mao Zedong a délibérément créé une famine qui a causé la mort de 50 millions de personnes, soit l’équivalent des pertes de vie de la 2e guerre mondiale. Staline fut responsable de génocides et de cruautés sur une grande échelle. Les atrocités des Khmers rouges sont notoires. Dans l’ensemble, l’athéisme au pouvoir combat les libertés individuelles, et fait peu de place aux droits de l’homme. Le fanatisme religieux tout comme le fanatisme athée ont un point commun, le non-respect de la vie humaine.

    LA CONVERSION À L’ATHÉISME

    Les motifs pour lesquels on devient athée sont sans doute divers. Pour une large part, sans doute à cause des crimes commis au nom de Dieu. À cause de l’histoire, et surtout devant l’état lamentable où se trouve présentement l’humanité, devant tant de souffrances, certaine on conclu que, la non-intervention de Dieu prouve sa non-existence. Si on y regarde de plus près, il existe une autre raison. C’est le désir d’être indépendant de Dieu. De n’avoir pas de compte à lui rendre surtout du point de vu de la moralité. Bref, de décider soit même ce qui est bon et ce qui est mal. Exactement comme Adam et Ève ont fait dans le jardin d’Éden.

    Des athées qui prient au cas ou… qui se réunissent pour partager leur foi… qui prêchent leurs croyances sur internet… qui pratique le darwinisme avec zèle… qui font des cadeaux à Noël, font des souhaits au Nouvel An, qui se laissent mener par des traditions, se laisse guider par des maîtres à penser, ou par des philosophies humaines contradictoires, accomplissent en réalité, des actes religieux.

    L’ORIGINE DES RELIGIONS

    Ceci étant dit, la bible explique l’origine des religions. Le point de départ est la toute première prophétie de la bible consignée dans Genèse 3 :15. Il existe deux semences une provenant de Dieu et l’autre provenant de Satan, qualifié ailleurs dans la bible comme le père du mensonge. Dieu qui donne le libre arbitre cherche à attirer l’humanité vers lui, et Satan un Rebel, appelé le grand tentateur, cherche à éloigner de toutes les façons possibles, les humains pour qui ne sert pas le seul vrai Dieu. Ceci explique la présence incalculable de religions, de l’athéisme et de philosophies de tout acabit. Les croyances religieuses et philosophiques vont dans toutes les directions, c’est la botte de foin et la vérité c’est l’aiguille qui est cachée. Où trouver la vérité dans tout cela?

    Ce combat est en cours et les signes donnés dans la bible, indique que le vrai Dieu interviendra dans un proche avenir. Avant l’intervention divine, les Écritures annoncent une succession d’événements dont certaines sont actuellement à l’œuvre. Puis, il mettra une fin définitive aux conditions lamentables et à la méchanceté très rependue. La bonne nouvelle, les conditions sur la terre vont changer de façon radicale en faveur de ceux et celles qui sont humbles de cœurs et qui lui obéit.

    Cela suscitera sans doute, de la part d’athées pratiquant le darwinisme, de fortes réactions. Des réactions similaires à des religieux dont les dogmes sont attaqués et mis en doutes. Par sa nature même, l’athéisme n’apporte aucun espoir. Tu existe pour une courte durée de temps, dans des conditions plus ou moins difficiles, puis la mort vient. Il est plus logique pour l’athée et il n’a rien à perdre et tout à gagner, de prendre le temps de chercher l’autre alternative, celle de l’espoir de l’homme consigné dans la bible.

    QU’EST-CE QUI VOUS PROUVE HORS DE TOUT DOUTE QUE LA BIBLE EST LE LIVRE DE LA VERITE?

    Voici quelques raisons :

    L’HONNÊTETÉ DE LA BIBLE

    Les gens d’expérience et matures font rarement confiance aux vantards, pourquoi? C’est qu’ils font régulièrement usage à la fois d’exagérations et d’omissions des choses qui peuvent ternir leur image. Pour soigner leur image, ils ont souvent recours au mensonge.

    Quand on consulte les écrits des dirigeants païens qui vivaient aux temps bibliques, nous constatons une profonde dissimilitude avec la bible. Très souvent, les rois exagéraient leurs victoires et diminuaient ou carrément ignoraient leurs défaites dans leurs écrits. La vantardise et l’élévation étaient une pratique courante. Seule la bible fait exception.

    Les bonnes et mauvaises actions des rois et autres personnages bibliques sont étalées avec franchise ainsi que leurs victoires et défaites. Les nombreux jugements de Dieu défavorables envers ces derniers également. Bref, la bible ne ménage personne. Par exemple, Moise, Aaron et David ont été sévèrement réprimandés ainsi que le peuple dans son entier. En général, on aime à ce que l’on nous dit la vérité. C’est ce que la bible fait. Dieu désir des adorateurs qui cherchent et pratiquent la vérité.

    SON ENSEIGNEMENT MORAL

    Lorsque ses lois et principes sont observés, elle favorise un meilleur milieu de vie. La moralité biblique contrastait avec celles des nations païennes environnantes.

    LA CONTAMINATION MICROBIENNE

    Il y a des règles et récits bibliques qui sont en accord avec des faits scientifiques, qui furent connus des hommes, que des siècles voir des milliers d’années plus tard.

    Alors que l’existence des microbes n’est connue des humains que depuis environ 200 ans, les exigences sanitaires consignées au chapitre 23 de Deutéronome diminuent de beaucoup la contamination bactérienne. En résumé, les latrines devaient être éloignés du camp et les excréments recouverts. Ceci est en accord avec les règles modernes sanitaires en région éloignée où il n’existe pas de facilité.

    Il y a pas si longtemps, il y a 200 ans, les médecins ont contaminé beaucoup de patients en touchant des cadavres puis en soignants des malades sans se laver les mains. Pourtant des milliers d’années avant, la loi biblique exigeait qu’au contact d’un cadavre, les Israelites se devaient de se laver ainsi que les vêtements qu’ils portaient.

    Au temps biblique, il fallait éviter l’absorption et tout contact avec le sang. Aujourd’hui, pour des raisons sanitaires, beaucoup de pays exigent que les animaux soient vidés de leur sang avant la consommation. L’infirmière qui fait une prise de sang se protège à l’aide de gants, contre une possible contamination avec le sang. Après la vaccination, on jette immédiatement et de façon sécuritaire les seringues pour la même raison.

    Quand une maladie infectieuse se manifeste, comme c’est actuellement le cas en Afrique avec l’Ebola, la mesure immédiate à faire est la mise en quarantaine pour combattre la propagation. Selon une source, la mise en quarantaine n’existe que depuis le XVIIe et c’était pour éviter la propagation de la peste. Des milliers d’années auparavant, la bible elle imposait la mise en quarantaine des lépreux. Comment Moïse pouvait savoir tout cela, alors que l’existence des microbes était totalement inconnue? Il a bien fallu une inspiration divine.

    LES FAITS SCIENTIFIQUES

    Prenons le récit de la création. L’ordre dans lequel la vie fut créée correspond dans l’ensemble, à l’ordre observé par les archéologues. Or, au temps où le livre de la Genèse fut rédigé, les fouilles archéologiques n’existaient pas. Moïse n’avait aucun moyen de savoir cela. Il a bien fallu une inspiration divine.

    Bien avant les confirmations scientifiques, la bible spécifia que la terre était en forme de cercle (Isaïe 40 : 22) et suspendue dans le vide ( Job 26 : 7 ).

    La bible décri avec simplicité et avec justesse le parcours cyclique de l’eau sur la terre. (Ecclésiaste 1 : 7)

    LOI DE LA GÉNÉTIQUE

    La Genèse dit : les animaux se reproduisent selon leurs espèces. Ceci est conforme à la loi sur la génétique et au constat. Les éleveurs d’animaux le savent très bien, il y a des limites aux croisements des animaux. Deux exemples, un cheval se croise avec un âne, produisent un mulet qui est stérile, fin de l’espèce. Un lion se croise avec un tigre, donne des petits dans la majorité des cas stériles. Dans les rares cas où ils ne le sont pas, ils sont tellement tarés qu’ils ne peuvent pas survivre à l’état sauvage et leurs rejetons seront probablement stériles, fin de l’espèce.

    L’humanité a hérité de l’imperfection à cause du péché d’Adam et Ève et conforme aux lois scientifiques sur la génétique. Bref, les enfants héritent des caractéristiques de leurs parents.

    LES PROPHÉTIES BIBLIQUES

    À cause de l’ère atomique et de la pollution planétaire, une éventuelle disparition de la terre et de la vie provoquée par la capacité scientifique et industrielle de l’homme est du domaine du possible. Ce sujet est abordé tous les jours et n’étonne plus personne. Toutefois, ces capacités n’étaient pas envisageables aux temps bibliques. Rien ne menaçait sérieusement la terre.

    Alors, comment expliquer que la bible aborde le sujet?

    Le Créateur stipule qu’il a solidement formé la terre et fait ces étonnantes précisions; la terre n’a pas été créée pour rien, il l’a faite pour être habité (Isaïe 45 : 18), la terre va rester pour des temps indéfinis (Ecclésiaste 1:4) et se fait rassurent en ajoutant que les justes vivrons pour toujours sur la terre (Psaume 37:29). Seul le Créateur qui connait l’avenir pouvait savoir que la terre allait être à une époque menacée.

    Le livre de la révélation ou l’apocalypse qui fut rédigé pour le temps de la fin contient plusieurs prophéties. L’une d’entre elles dit que le Créateur va détruire ceux qui ruinent la terre. (Apocalypse ou Révélation 11 : 18) Comment savait l’apôtre Jean qu’un jour la terre serait ruinée par l’homme? Il fut forcément inspiré par Dieu. Nous sommes tous en mesure de constater aujourd’hui que la terre est saccagée par l’intervention humaine. Toutefois, Dieu promet que la terre va toujours exister et habiter par l’homme. Cela veut dire également que Dieu va intervenir. (JW.org)

    • 8 jeanericbitang 5 novembre 2014 à 8:56

      Bonjour Monsieur « LeChercheur »,
      Je tiens d’abord à vous présenter mes excuses pour ne vous répondre que si tardivement.Je répondrais à ce commentaire de manière brève. Premièrement, vous affirmez plus que vous démontrez. Dès la première phrase, cette orientation dogmatique de votre discours est mis en avant. Je ne me satisfait guère des pétitions de principes.
      Vous faites une erreur lorsque vous parlez de l’URSS et de la Corée ainsi que lorsque vous confondez spiritualité et religiosité. La spiritualité peut être athée: la meilleure preuve de cette situation est sans conteste le bouddhisme.
      Sur la conversion à l’athéisme vous invoquez une mauvaise raison. La plus simple serait l’absurdité et la non-nécessité du concept de « Dieu ». Vous dites que les athées « prient » sans vous demander et nous dire ce qu’est la « prière ». La prière est un « rituel » qui institue un « dialogue » subjectif entre un homme et son fantasme. A moins que les athées « fantasment » internet, je ne vois pas comment ils peuvent « prier ». Dans le cas contraire, je vous prie de me montrer comment. Il y a deux conditions essentielles pour la religion envisagée de manière dogmatique comme c’est le cas du christianisme. D’abord l’invention d’une créature transcendante et ensuite la soumission à cette dernière. Allez à une « réunion » n’est en rien un acte « religieux », à moins que ces deux conditions ne soient remplies. Autrement, même le rituel scolaire pourrait être qualifié de religieux. Vous conviendrez alors que ce mot signifierait à la fois tout et n’importe quoi.
      Comme je l’ai indiqué, c’est une pure « pétition de principe » que de partir du fait que la Bible est un livre qui fait « autorité » dans le domaine de la science et de l’argumentation. Ce postulat, je ne le partage pas. D’autre part, j’ai déjà plus ou moins répondu à chaque « argument » que vous déployez dans votre commentaire sur le présent blog.

      Bien à vous.

  5. 9 LeChercheur 12 novembre 2014 à 5:42

    SUR LE COMMUNISME ATHÉE

    Pour ajouté aux faits de ma première intervention, on peut appeler le 20e siècle le siècle des génocides. Certains considèrent Karl Marx le père du génocide moderne. Les chrétiens de l’URSS ont été liquidés en 15 ans. On calcule que le tyran Lénine qui a réduit son peuple en esclavage a causé la mort de 8 millions d’humains. Les autorités soviétiques ont organisé le culte messianique de Lénine pendant près de 70 ans (Lénine, la fin du mythe, reportage télé, Staline, funérailles d’un dieu, Libération, 1er mars 2003) Depuis que les archives sont maintenant ouvertes, j’ajoute que de son vivant, Staline a été élevé et glorifié, regardé comme un surhomme, comparable à un dieu. (La deuxième mort de Staline, 2006, p. 253).

    Dans les statistiques ci-dessous on peut remarquer que les chefs athées ont commis les plus grands génocides des cent dernières années.

    RELEVÉ DES GÉNOCIDES DES CENT DERNIÈRES ANNÉES

    Mao Ze Dong 63 millions de morts – Joseph Staline 60 millions de morts, Adolf Hitler 6 millions de morts – Hideki Tojo, 5 millions de morts – Pol Pot 2,5 millions de morts – Kim Il Sung 1,600,000 morts – Génocide arménien de 800 000 à 1,2 million de morts – Jean Kambanda 800,000 morts – Saddam Hussein 600,000 – Le « marxiste » Mengistu a fait 500,000 morts – Idi Amin Dada 300,000 morts – Ho Chi Minh 200,000 – Nicolae Ceaușescu 60,000 morts.

    Croyants ou pas, peu importe, l’idéologie, les humains peuvent commettre des actes horribles qui sont souvent motivés par la soif du pouvoir et la haine.

    LA BIBLE

    La bible ne se présente pas comme un livre de science. La bible est un livre d’instructions et prophéties d’inspiration divine destinée aux humains. Son thème central est le Royaume de Dieu avec Jéhovah comme Souverain suprême de l’univers et ce qu’il fera bientôt en faveur de l’humanité. Toutefois, lorsqu’elle aborde des choses qui touchent la science, comme vous avez été en mesure de le constater par les quelques exemples ci-dessus qui furent écrits il y a de cela des millénaires, elle s’accorde avec la science, ce bien longtemps avant les découvertes scientifiques modernes.

    SPIRITUALITÉ ET CONTRADICTIONS

    Lorsqu’on fouille un peu, on remarque que l’athéisme ne forme pas un groupe homogène. Tous comme les religions, ils sont sujet aussi aux contradictions. Alors que plusieurs croyants constatent que l’homme a été créé avec un besoin inné de spiritualité, certains athées affirment qu’il n’existe aucune forme de spiritualité chez eux. D’autres au contraire, le trouvent compatible.

    Un athée suggère de remplacer la spiritualité religieuse par « la spiritualité de l’être. » Un autre, explique la spiritualité théiste comme « une propriété émergente de la forme d’intelligence que l’évolution nous a donnée. Or cette spiritualité est elle-même issue de notre matérialité et qu’il est donc possible de parler de spiritualité même chez les humanistes athées. » Dans un essai, un autre athée propose « une spiritualité laïque » sans religion. Il avoua qu’un athée a besoin aussi d’une vie spirituelle autant qu’un croyant. Quoique se disant non croyant, il reste attaché aux traditions judéo-chrétiennes. Alors que certains affirment que l’athéisme n’est pas une religion, l’auteur athée explique que l’athéisme, c’est une opinion, une croyance négative, mais une croyance quand même. Finalement, cet athée s’inquiète du déclin du christianisme dans certaines régions du monde (pour une spiritualité laïque, Voir Montréal, 21 décembre 2006). Il évident que beaucoup d’athées cherchent à remplacer Dieu par autre chose pour combler un vide. Une des raisons, à l’exemple de nos premiers parents, ils refusent de voir Dieu comme leur souverain. Bref, ils veulent avoir de comptes à ne rendre à personne. Ils veulent décider par eux même ce qui est bien et mal, exactement comme au jardin d’Éden.

    ATHÉISME UN CULTE?

    D’autres athées font même des prières, fêtent et souhaitent le joyeux Noël, etc.
    Si on considère la définition de la prière : Acte rituel par lequel on s’adresse à une divinité ou à ses intercesseurs. Ensemble de formules, en général codifiées, par lesquelles on s’adresse à Dieu (Larousse). En général la prière est associée à la religion. Faire une prière est un acte à caractère religieux.

    Tous comme les croyants ne forment pas un groupe homogène. Il y a des athées très convaincues, mais d’autres le sont à divers niveaux. On sans que certains demandent pas mieux à croire en Dieu si les conditions étaient favorables. Hélas, à cause de leurs actions et dogmes non bibliques, beaucoup de religions ont terni l’image du Créateur de l’univers.

    En France dans les années 1800, un célèbre chirurgien athée du nom de Desplein avait fait la nouvelle après avoir été surpris à genoux au cours d’une messe dans une église en train de prier. D’ailleurs, l’auteur Balzac s’est inspiré de ce fait vécu. Il est intéressant de lire les commentaires d’athées offusqués de l’action de Desplein, très semblables aux réactions de croyants devant un cas d’apostasie. Il y a plusieurs années un vétéran français athée de la Deuxième Guerre mondiale m’avoua qu’à l’approche des Allemands tremblants de peur, il s’était mis automatiquement à prier. Il s’est dit athée toute sa vie, mais dans ce moment particulier, il appela Dieu à son aide. Parfois lors de funérailles un athée peut dire quelque chose comme « l’âme du mort a rejoint les étoiles ». En faisant mes recherches, il m’est arrivé de lire des commentaires d’athées qui déploraient que certains des leurs fassent des prières. Même que certains proposent des prières modèles pour athées. Pour partager leur foi, une église pour athée a ouvert ses portes en 2012 en Grande-Bretagne, une autre à Paris en 2014. En 2013 fut inauguré un monument destiné aux athées avec ses dix commandements.

    PRÉDICATEURS ATHÉES

    Ces quelques exemples prouvent bien le besoin inné de spiritualité et du besoin des athées à croire en quelque chose. D’ailleurs, ils se transforment en prédicateurs, en missionnaires, cherchant à faire des disciples. Sur le site « the First Church of Atheism », on invite les athées à se réunir pour partager leurs croyances en la science. On peut même devenir symboliquement un ministre ordonné! La différence avec les religions qui croient en Dieu, est que leurs dieux peuvent s’appeler science, Darwin, nature, philosophie, Staline ou autres. Sans s’en rendre compte, l’athéisme peut être une forme d’adoration de la création plutôt du Créateur. Chez certains, cette adoration peut aller jusqu’à la glorification altière centrée sur la pensée humaine, comme si l’homme adore l’homme. Quoi qu’il en soit, il me semble évident que tous les humains ressentent un besoin de croire en quelque chose. S’ils refusent d’être soumis aux principes bibliques, ils fabriquent leurs propres dieux pour satisfaire leurs désirs.

    La définition de religion et de ses synonymes est en résumé, un hommage à, un Dieu ou jugé comme tel. C’est aussi dans un second sens, un culte pratiqué envers certaines valeurs. Toute organisation ou activité pour lesquelles on a un sentiment de respect, de passion, de vénération ou de devoir à accomplir. Rendre un culte, c’est la vénération, l’adoration pour quelqu’un ou pour quelque chose. Avoir la foi, c’est l’adhésion totale de l’homme à une croyance religieuse, à un idéal qui le dépasse. Une confiance absolue que l’on met en quelqu’un ou quelque chose. Bien sûr nous ne trouvons pas cela chez les animaux. D’où vient ce besoin de religiosité et de croire en quelque chose?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Calendrier

décembre 2011
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 110 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :