Un mariage « mixte » entre deux Camerounais ?

 

Cette phrase que m’a lancée cet ami de ma mère m’a poussé à me poser une autre question en dehors de la question de la langue. Cette question est en rapport avec l’idée d’un « mariage mixte » entre Camerounais. Une telle vision est-elle tenable ?

Il semblerait bien que cet ami de ma mère s’appuyait en premier sur la langue pour poser des différences de « nature » entre les individus camerounais qui se marient, puisque l’idée d’un mariage « mixte » traduit le fait qu’il y ait des différences « fondamentales » entre les individus qui s’unissent dans le lien du mariage. Ainsi la différence peut être une différence de religion (la religion se posant comme étant une donnée fondamentale dans la compréhension des individus), d’origine (de race) ou de nationalité. Comment un mariage peut-il être « mixte » entre deux Camerounais ?

Il est clair que si on s’appuie sur les trois critères sus-cités, il serait impossible de parler d’un mariage mixte entre Camerounais autrement que sur la base de la religion. Mais est-ce que ce critère est suffisamment intéressant pour diviser les hommes unis par la nationalité ? Si on remonte à l’origine des religions qui dominent l’Afrique (Islam et Christianisme) on se rend aisément compte que le but de l’implantation de ces dernières en Afrique n’était pas la « Bonne Nouvelle » comme le soutient l’orthodoxie idéologico-impérialiste occidentale, mais la division des forces pouvant entraîner au développement de l’Afrique. Le principe était donc ici « Diviser pour mieux régner ». Au moment où nous devons trouver les voies et moyens pour sortir de cette « raque » de l’histoire dans laquelle nous avons été plongés par les Occidentaux et par leurs relais locaux, et il important que nous nous attardions sur les causes de cette situation et que nous nous évertuons à ne point les reproduire. Une de ces causes est la religion de l’autre ; l’autre, c’est-à-dire celui qui ne veut pas mon bien et qui ne l’a jamais voulu. En continuant donc, consciemment ou pas, la division originelle du Diviseur occidental dans la division par la religion, nous ne servons jamais que son intérêt qui se dit très sommairement dans notre complet abrutissement afin que nous soyons toujours soumis à sa volonté prédatrice. De pareils intérêts de la religion doivent être sus, car ils permettent une lecture idéologique de la religion en remplacement de la lecture naïve prônée par les prédateurs. Une pareille lecture idéologique nous prévient des dérives éventuelles de la religion et nous enlèvent les œillères (de la « foi ») nécessaires à l’élévation au rang de « mouton » du « troupeau de Dieu ».

Mais l’ami de ma mère ne se basait pas sur la religion ; il se basait sur l’ethnie, donnant raison à ce que M. Nsame Mbongo soutient dans son Choc des civilisations…(Dianoïa, 2004), c’est-à-dire que les Etats Africains sont multinationaux et « Les étrangers nationaux ont la même nationalité officielle que les natifs de la ville de référence mais proviennent d’une autre région. » (p. 60). L’étranger dans cette optique, au lieu d’être différent par la nationalité est plutôt « l’étranger national » (id.) Nous ne sommes pas d’accord avec ses solutions contre ce problème, notamment avec le fait particulier qu’il faut respecter certains « grands équilibres intercommunautaires » (p. 73). Nous pensons plutôt que pour arriver à une conscience nationale, il faut dépasser impérativement ce qu’on pourrait appeler le « fait ethnique » ou le « fait tribal » pour se concentrer sur quelque chose de plus important, de plus élevé : la nation, le pays. Cela implique de se séparer de la domination du passé pour entrer dans un mode où ce dernier sera mis à notre disposition plutôt que l’inverse. L’ethnie (la tribu) en effet, rend compte de cet attachement pathologique au passé, attachement qui n’implique pas nécessairement le réflexe tribaliste, mais qui peut y conduire. Malheureusement, nous n’avons ici, ni le temps ni l’espace, ni la force nécessaires pour indiquer autrement que de cette manière vague le chemin que nous pensons être le meilleur pour sortir de notre léthargie.

La question que nous devons nous poser est celle de savoir quelle doit être la propriété de l’élément sur lequel nous devons nous appuyer pour nous hisser vers le haut, car sortir de notre léthargie c’est véritablement nous hisser vers le haut. Cet élément doit-il être d’une propriété élevée ou alors d’une propriété inférieure ? La logique nous apprend que l’élément qui nous permettra de nous hisser jusqu’à notre liberté et nous permettre de nous dresser de toute notre stature d’Africains doit être d’une propriété de même nature que celle du projet qui est le nôtre. Or notre projet est un projet qui vise notre élévation. Lorsqu’on compare la tribu à la nation on se rend aisément compte qu’on ne peut pas descendre plus bas que la tribu, que l’ethnie. La conséquence est donc la suivante : la tribu, parce que sa propriété est infériorisante, ne peut nous permettre de nous élever. A contrario, la nation se révèle être plus élevée que la tribu ou l’ethnie, d’où il s’en suit, qu’au niveau national, c’est la nation et non l’ethnie qui doit primer. Mais il y a encore quelque chose de plus élevé que la nation : c’est l’Afrique elle-même. Finalement, notre action doit être guidée par le but le plus élevé qui soit : l’Afrique, et à un niveau un peu plus bas, la nation, plutôt que par le plus bas, à tous les niveaux qui soient : l’ethnie.

 

 

 

Publicités

0 Responses to “Un mariage « mixte » entre deux Camerounais ?”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Calendrier

août 2012
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 107 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :