« Le postcolonialisme comme code de l’inégalité » (Compte rendu III)

 III. Anatole FOGOU

« Le NEPAD et la Renaissance Africaine »

Dans son livre dont nous avons déjà plusieurs fois fait mention, M. Mbélé critique très sévèrement le NEPAD, et l’accuse d’être une sorte de « ramification » de l’appareil néocolonial, car il maintient, par ses plans, l’Afrique sous le joug sauvagement destructeur des puissances occidentales. Contre le NEPAD, M. Mbélé soutient que le Plan d’Action de Lagos était un agencement de processus plus à même de nous faire sortir l’Afrique de la crise dans laquelle elle est prise au piège depuis déjà près d’un siècle. (Op. cit., p. 42 et sq). Ce Plan, en plus de s’inscrire selon M. Mbélé dans la longue tradition de philosophie conscienciste, avait en ligne de mire deux objectifs essentiels pour l’Afrique : d’une part, la techno-science et d’autre part, la démocratie comme étant les priorités développementales pour l’Afrique. Or, écrit M. Mbélé : « Techno-science et démocratie : tels étaient donc les objectifs auxquels s’est opposé le Plan Berg du monde occidental. » (id., p. 43). En s’alignant directement contre les intérêts réels de l’Afrique, le NEPAD, pense M. Mbélé, a pour rôle essentiel « de créer les conditions endogènes d’acceptation des contraintes du désendettement et de l’accumulation du capital. » (id., p. 47).

La prise de parole de M. Fogou s’attaquait à cette lecture « pessimiste » du NEPAD. Selon M. Fogou, il fallait faire preuve de clémence vis-à-vis de ce plan et saluer au moins un point essentiel qui se lit dans le fait que l’initiative du NEPAD n’est pas une initiative extérieure ; elle est née de la fusion des projets du Plan Omega et le Milenium African Plan.  De ce point de vue, poursuit alors M. Fogou, il n’est pas possible de dire que les Africains ont attendu que la solution à leurs problèmes vienne de l’extérieur. Au contraire, ils ont eux-mêmes pensés les moyens de sortir des obstacles majeurs qui se dressent sur leur route vers le développement.

Mais une fois opéré ce constat, M. Fogou fait lui-même remarquer que l’insuffisance majeure du NEPAD est qu’il est financièrement dépendant de l’ « aide » des pays occidentaux. C’est justement sur ce premier point qu’a d’abord insisté M. Mbélé en montrant qu’il est impossible qu’un projet pensé par les Africains, pour les Africains, ait encore besoin de l’ « aide » des étrangers lorsqu’on connait la nature de cette « aide ». A partir de là, il invitait à se poser la question de l’autonomie d’un pareil projet. En effet, M. Fogou insistait sur le fait que le NEPAD était une réponse africaine aux problèmes africains. Mais si l’aide qui doit permettre de financer les réponses africaines aux problèmes africains ne dépend pas de l’Afrique, où se situe encore l’autonomie d’un pareil projet puisque celui qui finance est aussi, naturellement, celui qui oriente l’action ? Dans cette optique, cette affirmation de la page 48 de l’Essai de M. Mbélé restait d’actualité : « L’ajustement [est] donc assimilé au néocolonialisme. ». Que signifie ce dernier terme, car il semble que ce soit justement contre lui que se développe l’autre terme de postcolonialisme que combat âprement M. Mbélé. Nkrumah nous en donne une définition sommaire :

« L’essence du néo-colonialisme, c’est que l’Etat qui y est assujetti est théoriquement indépendant, possède tous les insignes de la souveraineté sur le plan international. Mais en réalité, son économie, et par conséquent sa politique, sont manipulés de l’extérieur ». (Nkrumah K., Le néo-colonialisme. Dernier stade de l’impérialisme, Paris, Présence Africaine, coll. « Le Panafricanisme », 1973, p. 9.)

Lorsqu’on applique cette définition du néocolonialisme au NEPAD n’est-il pas clair que l’économie, et donc, par conséquent la politique de ce dernier sont manipulés de l’extérieur par ceux qui attribuent des fonds pour son fonctionnement, et que cette situation contribue à transformer ce plan en cheval de Troie ?

D’un autre côté, il y a aussi le fait important que le NEPAD et la philosophie qui l’accompagne insiste(nt) exclusivement sur les raisons internes du retard de l’Afrique. On pointera ainsi du doigt les dirigeants et la corruption qui règnent sur le continent.  Cette approche, bien qu’elle constitue une donnée dans la situation de l’Afrique, n’est pas, pour M. Mbélé, la donnée essentielle. Selon lui, le problème du développement est d’abord un problème d’exploitation, de domination. C’est ce problème qu’il faut résoudre en premier. Or, en déplaçant l’accent de l’autre à nous ; en insistant sur les causes internes – causes certes, mais minimes dans notre situation – et en évacuant les causes externes, causes premières, causes profondes, le NEPAD et la philosophie qui l’accompagne oriente(nt) le traitement du problème du développement – ou du sous-développement, comme on voudra – de l’Afrique vers des lieux impropres tel un médecin qui guérirait les effets plutôt que les causes de la maladie. Ainsi, M. Mbélé invite t-il à guérir les causes du mal dont souffre l’Afrique, plutôt que ses effets, et il situe la cause principale de cette situation dans le néocolonialisme.

Finalement, M. Fogou n’aura pas eu le temps nécessaire pour articuler le lien qui existe entre le NEPAD et la Renaissance Africaine, mais dans les échanges qui ont suivi, il aura expliqué que la Renaissance Africaine, comme le NEPAD, doit être un processus endogène, piloté de l’intérieur, par les Africains, pour les Africains ; en même temps qu’il insistait sur le fait qu’il ne fallait donc pas voir le NEPAD comme un allié du néocolonialisme, mais comme une tentative de l’Afrique pour « renaitre », même s’il ne cessera de souligner l’insuffisance criarde dans le besoin de financement étranger qui vient, par moments, entacher la noblesse d’un pareil projet.

Publicités

0 Responses to “« Le postcolonialisme comme code de l’inégalité » (Compte rendu III)”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Calendrier

août 2012
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 109 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :