Archive for the 'Uncategorized' Category

Sur le Colloque des Doctorants de Philosophie de l’Université de Douala

Il se sera donc tenu, ce mercredi 02 mars 2016, le très attendu « Colloque des Doctorants de Philosophie de l’Université de Douala ». Cette première édition aura été l’occasion d’admirer les prouesses des doctorants sur la question du rapport de la Philosophie à la Rationalité. La haute teneur des contributions ainsi que la qualité des échanges ont permis de rehausser l’éclat de ceArgument colloque Doualatte journée, dont les résultats devraient être publiés bientôt. J’ai apprécié la participation massive des concernés et l’anarchisme de quelques personnes… Vivement la prochaine édition!

Publicités

In memoriam…

02 juillet 2014-02 juillet 2015, un an que Marcien Towa à quitté le théâtre de la philosophie, mais seulement en chair et en os, car en esprit, c’est-à-dire aussi de manière concrète, Towa a marqué l’histoire de la pensée – et pas seulement celle de la pensée nègre – de son empreinte indélébile. J’aimerais me réjouir de la publication, hier, de l’ Histoire de la pensée africaine aux Éditions CLÉ. Puisse une telle entreprise d’entretien de la mémoire de ceux qui furent lesmeilleurs d’entre nous, prospérer. C’est dans ce sens que j’entends moi-aussi aller…

Khairé Marcien Towa!

Marcien Towa : Eléments de biobibliographie

Marcien Towa est né le 05 janvier 1931 à Endama, dans le département de la Lékié au Cameroun. Il entre au Pré-séminaire d’Efok en 1946, en 7è. Après des études secondaires au Pré-séminaire de Mvaga (6è), au Petit Séminaire d’Akone (5è-1ère) et au Grand Séminaire d’Otélé (Terminale), il est reçu au baccalauréat en 1955 (série philosophie). En février 1957, il part pour la France. Il entre en 4è année de l’Ecole Normale d’Instituteurs de Caen au milieu du second trimestre et obtient néanmoins, à la fin de cette année, le Certificat de Fin d’Etudes Normales. En avril, il s’inscrit à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Caen où il obtient la licence de philosophie en juin 1959. Le 2 juin 1960, il est titulaire d’un D.E.S de philosophie avec un mémoire sur Hegel et Bergson. Il a enseigné dans plusieurs lycées parisiens (Louis-le-Grand, Molière, etc.). Il rentre au Cameroun le 2 septembre 1962 et est nommé professeur à l’Ecole Normale Supérieure de Yaoundé où il y enseigne la pédagogie, l’histoire de la pédagogie et la philosophie. En novembre 1963, il repart en Europe avec une bourse de l’UNESCO pour un stage pédagogique de deux ans. Il profite de ce second séjour en Europe pour acquérir une solide formation en Pédagogie et en Psychologie d’abord à la Sorbonne, puis en Grande-Bretagne, à l’Institut Rousseau de Genève (où il suit les cours et participe aux séminaires de Piaget). En janvier 1966, de retour au Cameroun, il reprend des enseignements à l’Ecole Normale Supérieure : pédagogie générale, histoire de la pédagogie, philosophie, littérature négro-africaine. Le 21 octobre 1966, il est nommé Directeur des Etudes et Directeur-Adjoint de cette Institution. En octobre 1968, il est nommé au Département de Philosophie de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Yaoundé. Le 4 février 1969, il soutient, à la Sorbonne, sa thèse pour le doctorat de recherche sur la négritude. Devenu chargé d’Enseignement, il poursuit ses recherches en vue du doctorat d’Etat de philosophie. En juillet 1977, il soutient, toujours à la Sorbonne, cette thèse de doctorat qui s’intitule : Identité et Transcendance. Marcien Towa a été chef du Département de Philosophie de l’Université de Yaoundé. Il s’est ensuite engagé en politique dans son département d’origine où il s’est depuis retiré. Marcien Towa est décédé le 02 juillet 2014.

Entre autres articles et ouvrages de Marcien Towa, contentons-nous de citer :

  • Analyse de l’ouvrage de L. S. Senghor, Liberté I, Négritude et Humanisme, article publié dans la Revue de l’Institut Africain de Genève en 1965 ;
  • « Le Consciencisme : émergence de l’Afrique Moderne à la conscience philosophique ». Etude publiée dans Abbia n°20, 1968 et reprise dans Présence Africaine, n°85, 1973 ;
  • « Aimé Césaire, prophète de la Révolution des peuples Noirs », Abbia, janvier-avril 1968 ;
  • Essai sur la problématique philosophique dans l’Afrique actuelle, Yaoundé, Clé, 1971, 77 pages.
  • L. S. Senghor : Négritude ou Servitude ?, Yaoundé, Clé, 1971, 115 pages ;
  • Qu’est-ce que la Négritude ? (Thèse de Doctorat de recherche) ; publié en 1983 au Canada par les éditions Naaman sous le titre Poésie de la négritude. Approche structuraliste, 320 pages.
  • Identité et Transcendance (Thèse de Doctorat d’Etat) ; publié en 2011 à Paris, chez L’Harmattan, dans la collection « Problématiques africaines », 348 pages.
  • L’idée d’une philosophie négro-africaine, Yaoundé, Clé, 1979, 118 pages.

Calendrier

septembre 2017
L M M J V S D
« Déc    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 108 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :